Daniil Harms

Poêmes

Daniil Iouvatchov, alias Harms, est né en 1905 à Saint-Pétersbourg.
Enfant, il écoutait les récits de son père, marin et révolutionnaire, qui lui lisait des contes et des histoires fantastiques qu’il inventait.
En 1927, ses premiers écrits pour adultes, au sein de l’Obériou – Association pour un Art Réel- (au mot d’ordre volontairement provocateur : « l’art comme une armoire »), font scandale dans le contexte idéologique de la Russie de Staline.
De 1928 à 1941 deux revues novatrices pour enfants, le Hérisson et le Serin font appel à Harms. En effet, sa poésie fondée sur l’absurde, considérée comme une forme de décadence littéraire et donc inacceptable en tant que telle, passe en revanche pour un amusement innocent dés lors qu’elle s’adresse à des enfants. Elle s’accorde avec l’esprit pédagogique de ces revues, qui privilégient le jeu jusque dans leur titre ( le mot Serin- trois lettres en russe- correspond aux initiales de « Journal Extrêmement Intéressant) …
La littérature pour enfants devient alors son seul moyen d’expression. Mais même dans ce domaine relativement inoffensif, il y a des limites à ne pas dépasser.
En pleine période de purges staliniennes, une de ses chansonnettes contant l’histoire d’un homme qui sortit un jour de chez lui, et ne revint jamais, lui valut d’être interdit de publication pendant un an.
Ecrivain jugé trop subversif, il sera arrêté en 1941 et interné en « prison » psychiatrique. Des extraits de son journal intime nous renseignent de façon explicite sur ce que fut la fin de Daniil Harms : « Nous avons faim » écrit-il à chaque page.
Ou encore : « Rares sont ceux qui sont tombés aussi bas que je suis tombé. Une chose est sûre : je suis tombé si bas que je ne pourrai jamais plus me relever. » Puis ceci : « Aujourd’hui, je n’ai rien écrit. Ce n’est pas grave. »…
Il meurt en février 1942, il a trente-sept ans.
Livre : Un tigre dans la rue
Pour adultes : Ecrits aux éditions Bourgois : Œuvres en prose et en vers | aux éditions Verdier : Le tombement, petits récits cruels et absurdes , l’Engouletemps.